Mme Levasseur, Pourquoi vous donner tant de mal ??

Citation

Avant, j’avais comme tout le monde un avis à propos de ce qui peut se passer sur facebook.  J’y voyais un bon outil pour rester en contact avec des connaissances, ou même retrouver des personnes perdues de vue . Je savais, bien sur, que parfois dans des pages ça pouvait être devenir glauque. Aujourd’hui, je dois avouer que c’est pire et de loin que ce que je croyais. Que des personnes s’y adonnent à des accusations, des suspicions, c’est une chose. Mais que l’on crée des faux profils facebook pour acccuser, c’est grave.

Prenons l’exemple de Sylvie Levasseur.

Elle a commencé à se manifester début avril. Avec des commentaires à mon sujet très aguicheurs.

Puis elle m’a contacté sur messenger, soit disant parce qu’elle était intéressée par la maison en vente. Suivez ses questions et notez que tout débute le 7 avril.

Messenger_3

Messenger_4

Messenger_5

On pourrait penser que ce n’est qu’une personne intéressée par une maison à vendre.

Mais cette personne est aussi par moment très active et accusatrice sur une page facebook.

Ariel Jeffrey Kouakou - Google Chrome

Ariel Jeffrey Kouakou - Google Chrome_2

À ce moment, je lui demande clairement si elle  me traite de menteur:

Ariel Jeffrey Kouakou - Google Chrome_3

Ce à quoi elle répond par une question.

Ariel Jeffrey Kouakou - Google Chrome_4

Je réitère ma question:

Ariel Jeffrey Kouakou - Google Chrome_5

Et elle finit par quitter sans répondre.

Ariel Jeffrey Kouakou - Google Chrome_6

On peut se demander pourquoi elle ne veut pas aller au bout de ses affirmations. Sans doutes parce que Sylvie Levasseur est une menteuse.

Pourquoi j’affirme que c’est une (ou un) menteuse? En premier son post pour me discréditer est un tissu de mensonges et d’impossibilités:

PrtScr capture_4

-Invraisemblable que des enquêteurs parlent ainsi d’une enquête de façon à être entendus.

-Il ne caillait pas le 12 mars i

-Les autres sentiers n »étaient pas impraticables.

Qui est Sylvie Levasseur en réalité? Si l’on regarde sa page facebook, elle semble avoir été crée début avril 2018. Ensuite les photos mises ne sont pas faites d’elle ou par elle. Elles proviennent de sites sur internet. Même sa photo de profil:

29695417_2028131914068742_3904568622305214779_n

Une recherche rapide donne le résultat suivant:

PrtScr capture_3

Alors qui ment? Moi ou Sylvie Levasseur?

Qui se cache derrière cette personne?

Alberto? Martin  Pronovost?

 

 

Publicités

Pourquoi tout ce chambard?

Hier le temps était à l’orage icitte. Un gros orage météorologique et aussi, hélas, un gros orage médiatique. Conséquence de ces conditions particulières, il y a eu des accrochages  fréquents dans certaines pages facebook consacrées à Ariel Jeffrey Kouakou. Oh, pas de gros dégâts matériels,  seulement quelques égos sérieusement froissés. N’est-ce pas ce qui arrive quand tout le monde veut avoir raison?

Mais finalement, quelle a été la cause de tout ça? Ou plutôt  quelles sont les causes de cet orage?

La cause principale, c’est que la disparition d’Ariel,  le temps qui a passé depuis le 12 mars inquiète toujours plus.  Et ce qui a mis le feu aux poudres, c’est la sortie médiatique du chargé des relations avec les médias au service de police de la ville de Montréal, Ian Lafrenière.

Rappelons les faits.

Le 12 mars, à l’heure où Ariel était supposé se trouver près ou dans le parc des bateliers, j’y étais. J’ai pu constater de visu qu’à part  moi et une femme qui fumait, Ariel n’était pas au bord de l’eau. Le 24 mars, en apprenant qu’il aurait pu y être vers 11:30 et non 14:00 comme dit auparavant, j’ai fait une déclaration aux enquêteurs de la police.

La description que j’avais fait de la femme qui fumait était sommaire, dans la mesure où cette personne avait eu un comportement d’évitement par rapport à moi. Un comportement fuyant. De ce fait, je ne pouvais décrire le visage de cette personne. Au point de ne pouvoir affirmer qu’il s’agissait bien d’une femme.

Mais, la description  que j’avais fait d’elle, a fait réagir deux personnes Lesquelles m’ont contacté pour me dire avoir eu l’occasion de voir une personne qui par le comportement pouvait correspondre à la personne en question.

Par la suite, j’ai eu moi même l’occasion de voir plusieurs fois cette femme  qui habite très près du parc  et j’ai acquis la certitude que c’était bien « ma fumeuse ». À ce point, une bénévole impliquée dans les recherches m’avait dit que la femme avait eu à au moins deux reprises la visite de la police et que sa maison avait été fouillée. Dans mon esprit, la police connaissait tout de cette personne, qui finalement pouvait très bien n’avoir rien vu le 12 mars.

Quand, le Spvm, par la bouche de son chargé des communications fait un appel à témoin pour parler à une femme, tout le monde se pose plein de questions. Surtout que dès le départ, il y  a des erreurs qui sont faites : Journal Métro, 15 juin 2018:

« Note aux lecteurs: Ceci est une version corrigée, dans la version précédente, nous avions indiqué que la dernière personne à avoir vu Ariel l’aurait vu à 14h. C’est plutôt 11h30. Le SPVM a indiqué avoir fait une erreur, lors du point de presse vendredi matin. »

Mais quand en plus,  le même Lafrenière donne une description plus que succinte de la « témoin » et dit que l’info lui est parvenue tout récemment, ça met le feu aux poudres..« Voilà des questions que le SPVM aimerait poser à cette femme, dont la description n’est pas plus précise que «en train de fumer une cigarette» dans le parc.L’information a été communiquée au SPVM « très récemment », indique M. Lafrenière. « 

Et la question que tout le monde se pose et me pose, c’est « mais alors, si vous avez vu la fumeuse et que la police la recherche maintenant, ça veut dire que vous avez menti, et que vous n’avez jamais fait de déclaration. De là à penser que vous avez « de quoi » à cacher »

Alors, mettons les choses au point , pour celles et ceux qui sont capables de ne pas chercher un coupable tordu à tout prix: J’ai fait mon témoignage, la  police l’a enregistrée et n’a pas jugé bon de me contacter par la suite, parce que finalement cette femme pouvait ne rien avoir vu. Lorsqu’il m’ont recontacté après la sortie de Lafrenière,  pour me demander si je pensais avoir, depuis ma déclaration du 24 mars. vu quelqu’un qui pouvait ressembler à celle qui fumait,  j’ai dit que oui, et j’ai donné l’adresse exacte de la personne.  J’ai fait part à l’enquêteur de mon étonnement face à la recherche de témoin récente, on m’a dit que mon témoignage était connu depuis longtemps,  mais qu’ils ne pouvaient par raconter à tous, tout ce qui se disait et se faisait dans cette enquête.

Alors, il faut se poser la question de savoir pourquoi le principal intéressé à être bien informé, semble ne pas l’être.  Pour moi la réponse est évidente. Le service de police de la ville est une grosse machine.  Et dans une grosse organisation,  les erreurs de communications peuvent survenir . Surtout si, pour des raisons de « cuisine interne » il peut y avoir une opposition entre ceux qui veulent tout raconter et ceux qui pensent qu’il faut tenir des choses confidentielles. Si en plus, dans ce service, il y a eu des tensions internes suite aux changements récents de directeurs, on peut imaginer qu’une info ne soit pas transmise, volontairement ou non.

Mr Lafrenière avait été démis de ses fonctions en fin 2016 et réintégré par le nouveau chef en fin 2017.

Cela peut-il expliquer le « bordel’ récent? Je le crois….

Bonne journée à toutes et tous.

 

 

 

 

 

On nage en plein délire horaire…

Ça deviendrait presque comique si l’on ne parlait pas de la disparition d’un enfant.

Lisez l’info parue discrètement hier:

« Note aux lecteurs: Ceci est une version corrigée, dans la version précédente, nous avions indiqué que la dernière personne à avoir vu Ariel l’aurait vu à 14h. C’est plutôt 11h30. Le SPVM a indiqué avoir fait une erreur, lors du point de presse vendredi matin. ».

Ce n’est pas le Service de Police de la ville de Montréal, qui a fait l’erreur, mais son chargé des relations avec les médias. Monsieur Ian Lafrenière.

ian-lafreniere-demis-de-ses-fonctions-aux-communications-du-spvm

Est-il réellement au courant de l’enquête?  On peut se le demander.

Il ne faudrait pas que cette enquête soit polluée par les rapports entre justice et médias comme ça a été le cas dans l’affaire du petit Grégory.

 

Là, je regrette d’avoir parlé de ce que j’avais vu.

Lorsque j’ai appris par la presse du 23 mars que contrairement à ce qui avait initialement été annoncé Ariel avait été vu la dernière fois vers 11:30 et non 14:00, j’avais hésité à contacter la police.  C’est après en avoir parlé avec ma compagne que j’ai fini par appeler le 911. J’ai raconté en détail ce qui s’en est suivi.  La visite rapide de deux jeunes policiers chargés de me faire « patienter » en attendant la venue de deux enquêteurs.  (je regrette amèrement de ne pas avoir noté leur noms), puis l’enregistrement de ma déclaration,  et le parcours avec eux dans le parc pour visualiser avec eux les lieux.

Aujourd’hui plus de trois mois après la disparition du petit Ariel, je regrette d’avoir fait cette déclaration.

Il aurait été, pour moi, préférable de rester éloigné de toute cette affaire  et des impacts qu’elle allait avoir.

Pendant des semaines, sur des pages créées pour j’ai été questionné, harcelé, suspecté d’être un agresseur d’enfant par des personnes « bien intentionnées ».  Tout ça  parce que j’avais commis l’erreur de lire ce qui se disait et dans certain cas de rectifier des affirmation erronées par ces mêmes personnes.

Finalement, j’ai créé ce blogue en pensant qu’il allait servir à clarifier les choses.  Aujourd’hui,, ce blogue va me servir pour dire ce que je pense de ces personnes qui s’autoproclament « enquêteurs, enquêteuses bénévoles » et qui ne font que du mal.

Hier grosse surprise, le chef de la police, Ian Lafrenière réapparaît dans les médias. J’en ai parlé hier.  Mais là, où je ne comprend plus c’est le contenu de sa déclaration.

Il rectifie l’heure à laquelle Ariel a été vu par une femme, et la resitue à 14:00. Mais mieux, il affirme que l’info selon laquelle une femme avait été vue fumer vers 11:30 était parvenue récemment.

Écoutez le : Ian Lafrenière soir du 14 juin 2018

Le résultat de toutes ces imprécisions font que de nouveau je suis accusé de mensonge par des internautes.

(1) Pistes Pour Sauver Ariel Kouakou - Google Chrome_2

Alors, pour toutes celles et ceux qui continuent à diffuser des suspicions, je vais faire une dernière mise au point et après ça, je me « désintoxe » de l’affaire Ariel Kouakou.

J’affirme avoir parlé avec deux enquêteurs des crimes majeurs de cette personne que j’ai vu fumer le matin du 12 mars. 

L’affirmation par Ian Lafrenière comme quoi ils  eu l’information récemment est soit une erreur, soit le fait que les infos ne circulent pas dans la police de Montréal, et ça, c’est inquiétant.

J’affirme avoir eu hier matin, vers 9:00 un appel de l’enquêteur chargé de l’affaire.  Il connaissait donc mon no de cellulaire. Le but de son appel était de savoir si j’avais éventuellement pu revoir la fumeuse et l’identifier. Ce à quoi j’ai répondu par l’affirmative.  

Lorsque je lui ai fait par de mon étonnement de la sortie dans les médias plus de deux mois après mon témoignage, il m’a dit qu’il le connaissait depuis longtemps.

Pour finir, je demande instamment aux personnes qui se servent de ces noms ou pseudos pour diffuser des accusations à mon endroit de cesser ça et leur rappelle que contrairement à ce qu’on croit, facebook n’est pas un endroit où l’on peut tout dire impunément.

 

À vous:

Anouk Charles, (celle qui s’est proclamée enquêtrice) Martin Pronovost (qui se cache sous le faux compte « alberto ») Etien Alexandre,(soit disant bénévole proche de la famille), Pinard Daigle  et Steve Dumulong (ceux qui avaient découvert des « cheveux crépus » dans la glace de la rivière), Noudjoud Howalie Zekkour, (celle qui se fait passer pour une nany qui garde des enfants dans le quartier et qui prétend m’avoir vu dans le parc depuis son auto, qui publie des récits d’enlèvement dont elle aurait été victime, et j’en passe… )

Je vous demande de passer à autre chose et vite….

Que se passe t-il dans cette affaire?

On a l’impression que la disparition d’Ariel  est en train de tomber dans l’oubli. Et subitement, on se rend compte que la police est toujours active.  Hier soir, le SPVM publiait un avis de recherche de témoin.

PrtScr capture

 

Appel à témoin

« Nous avons récemment reçu une information comme quoi cette femme, qui fumait une cigarette sur le bord des berges au parc des Bateliers, entre 11 h et 11 h 30, aurait pu voir Ariel cette journée-là. »

Il ne fait aucun doute qu’il font référence à la femme que j’ai vue fumer et dont j’ai parlé à deux enquêteurs des crimes majeurs.  J’avais décrit la fumeuse comme ça:

« La seule description que j’ai pu leur donner, c’est une personne de relativement petite taille, qui fumait en assise à une table, les jambes croisées et tournée vers la rivière. Elle portait un manteau relativement foncé. Je ne pouvais affirmer s’il était noir,gris ou brun. Et portait un bonnet, genre chapka.  Je ne l’ai jamais vue de face, elle semblait avoir une volonté de fuir mon regard.    »

C’est comme si, ils redécouvraient le fait que cette femme que j’avais vue pouvait peut-être avoir vu Ariel. Ce qui n’est pas pas une certitude, mais une probabilité.

Que penser de tout ça?

 

Pourquoi Fred Kouakou semble certain qu’Ariel a été enlevé?

Je pense que cet article va susciter des réactions. Se poser des questions par rapport aux parents du jeune disparu peut paraître insultant pour certains de ses proches. Mais penser que le passé des proches puisse y avoir un rapport avec la disparition n’est qu’envisager une hypothèse de plus.

Il faut admettre que l’attention médiatique portée à la famille, à ses déclarations a été forte et que cela allait forcément intriguer. Il n’y a aucun doute que beaucoup ont vu et revu les interviews données aux médias. Les attitudes, les regards, les émotions ont été  interprétées ».

Plusieurs ont été intrigues par l’attitude du papa lors des recherches. Il semblait avoir l’habitude de diriger, de s’exprimer en public. Qui était il dans son pays?
ariel-kouakou-pere

Cela fait juste trois mois qu’Ariel est manquant. Trois mois que son père soutient qu’il a été enlevé.

Pourquoi? L’enlèvement (si c’est ce qui lui est arrivé) d’Ariel Jeffrey Kouakou peut-il avoir un rapport avec le passé de l’un de ses proches?Que sait-on de la vie des parents d’Ariel avant qu’ils arrivent au Québec?

Ce que l’on croit en savoir se résume à ça :

Frédéric kouakou est arrivé en 2004. Ariel naît en Afrique en 2008.
Sa mère épouse Mr Kouakou en 2011.
Ariel arrive en 2012, à 4 ans.
Fred Kouakou est il le père biologique d’Ariel?

On sait que la situation politique enCôte d’Ivoire a été très perturbée pendant de longues années après le décès du Président Houphouet Boigny. La rivalité entre deux de ses successeurs(Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara ) et leur partsans respectifs se solde par des années de guerre civile. On parle de milliers de morts.

1024x576_402611

De tentatives de coup d’état, à rebellion de militaires la situation est restée tendue.

En novembre 2004, Le 4 novembre 2004, l’armée ivoirienne déclenche l’opération Dignité, de reconquête militaire de la partie nord du pays, occupée depuis la tentative de coup d’État ratée de septembre 2002 par les rebelles des Forces Nouvelles, et sanctuarisée par la « zone de confiance » instaurée par la force française qui sépare les belligérants.

En 2017 encore des mutineries au sein de l’armée Ivoirienne ont lieu. Où en est-on aujourd’hui?

Pour comprendre la situation:

4 minutes pour comprendre

Alors, peut-on se poser une question? Peut-il y avoir un lien entre le passé en Cote d’Ivoire d’un proche d’Ariel Jeffrey Kouakou. Des personnes liées aux troubles politico-militaires pouvaient elles en vouloir à son père?